Les paysages de l'Aveyron vous sont proposés par CAUE de l'Aveyron.

Observatoire photographique du paysage

observatoire-photographique-du-paysage

Tous les paysages sont vivants et modifiés par l’homme en permanence, qu’il les entretienne, les cultive, les aménage où les abandonne. Un observatoire photographique du paysage est un outil de veille pour mesurer visuellement l’évolution d’un territoire. Il permet de suivre dans le temps les changements d’un paysage, remarquable ou plus quotidien, agricole ou urbain.

Perpétuer la mémoire visuelle.

La photographie est l’outil de mesure. Les clichés sont réalisés suivant une norme précise et reconduit à intervalle régulier. Chaque photo fournit un état des lieux à un moment précis. C’est en comparant ces photos prisent au fil du temps que l’on visualise les changements et leur impact sur le paysage.

Les points de vues sont choisis en fonction des thèmes et des enjeux identifiés pour ce territoire :

  • l’impact des aménagements à vocation touristiques,
  • l’évolution urbaine des villes ou des villages,
  • l’abandon de certains terrains par l’agriculture …

Il peut se composer de photos de paysages, de détail du patrimoine, de l’architecture ou encore de pratiques plus ponctuelles. Il est possible ainsi d’extrapoler les modifications dans le temps de ces échantillons à l’ensemble du territoire observé. Les photos sélectionnées forme l’observatoire photographique du paysage.

sainte-eulalie-caubel-observatoire-photographique-du-paysage

Ste Eulalie de Cernon
Photo de gauche 25 juin 2009 – photo de droite 1 septembre 2014
L’architecture traditionnelle des causses est fragile. Cette petite bâtisse de pierre s’est effondrée en l’espace de 5ans, devenant une véritable ruine. On peut imaginer des évolutions similaires sur l’ensemble du territoire.

Une démarche scientifique d’observatoire photographique

Les clichés sont réalisés avec une configuration technique bien identifiée. Chaque photo est aussi précisément géolocalisée à l’aide des coordonées GPS. L’ensemble de ces configurations techniques sont indispensables pour reconduire parfaitement la prise de vue.

La fréquence de reconduction des photos est déterminée en fonction des objectifs de l’observatoire. Un intervalle très court pour des paysages qui se transforment rapidement, un pas plus long pour veiller sur des territoires aux métamorphoses lentes. Les différentes versions sont comparés et soumise à interprétations.

saint-come-dolt-observatoire-photographique-du-paysage

Saint Côme d’Olt
Photo de gauche 31 juillet 2006 – photo de droite 24 juillet 2009
Même les villages patrimoniaux les plus protégés évoluent rapidement. En 3 ans une maison neuve a été construite au sein de cette silhouette bâtis.

Une trace pour le futur

Chaque cliché est associé donc à un lieu précis, un cadrage, et une configuration technique bien identifié. Une fiche technique permet aux différents photographes de réaliser précisément la même photo et ainsi perpétuer la mission d’observatoire photographique du paysage au fil du temps. Les premiers observatoires mis en place ont ainsi pu être reconduits par plusieurs générations de photographes.

Un outil de communication

D’avantage encore que les cartes ou les vues satellitaires, comparer des photos de paysages est donné à tous les publics. L’observatoire devient aussi un outil de sensibilisation qui peut être valorisé sous la forme d’une exposition ou encore avec un site internet.

la-bastide-des-fonts-observatoire-photographique-du-paysage

La Bastide des fonts
Photo de gauche 25 juin 2009 photo de droite : 06 octobre 2014
L’absence de changement est aussi un indicateur que seul cette méthode est capable de révéler.

Categorized: Blog
Tagged: , , , , , ,