Très fortement marqués dans les dernières décennies par de vastes changements agricoles et forestiers, les monts pourraient, à l’avenir, voir leur économie se diversifier par une gestion forestière différenciée sur les monts de Lacaune

Sortir de la forêt

Après un déclin important depuis la fin de la seconde guerre mondiale qui s’est traduit par une dévitalisation des villages et la prépondérance de la forêt sur l’agriculture, des pistes de renouveau apparaissent.

agriculture-foret eolienne-lacaune

Les éleveurs de brebis laitières ne veulent plus laisser leurs terres à la forêt, le vent des crêtes est valorisé par des éoliennes (à Brusque) et, à la limite du Rougier, les thermes de Sylvanès font l’objet d’une étude pour un renouveau de cette activité.

Tous ces projets conduisent à porter un regard nouveau sur ces monts et leur environnement forestier.

Les nouvelles donnes de la filière-bois peuvent même laisser espérer une gestion de la forêt plus écologique et plus ouverte sur les autres secteurs de l’économie.

 

Un renouveau laborieux

La déprise des villages, l’isolement routier, l’éloignement des commerces et services peuvent handicaper lourdement toute tentative de renouveau.

Le manque d’infrastructure, s’il n’est pas comblé, semble être une forte contrainte, mais peut tout aussi bien apparaître comme une des valeurs ajoutées de cette entité, en effet, le bâti vacant semble attirer une population exogène en quête de ruralité.

isolement-relief-montagne