Un paysage ouvert

Coupe de principe de la répartition de la végétation sur les monts du Lévézou.

Naturellement marqué par la hêtraie montagnarde, l’aspect végétal est surtout aujourd’hui celui des productions agricoles du Lévézou.

La série montagnarde du hêtre domine la végétation spontanée des monts du Lévezou alors que, avec la diminution de l’altitude, la chênaie pédonculée atlantique apparaît progressivement vers l’ouest.

Les rameaux gris, rougis aux extrémités, distinguent la hêtraie hivernale. bruyere

L’aspect très ouvert du paysage végétal, dû autrefois à l’abondance des landes acidophiles (callunes et bruyères, genêts,…) ou des prairies tourbeuses, est provoqué aujourd’hui par la mise en cultures fourragères de ces terrains.
Les dernières tourbières font l’objet de mesures incitatives pour préserver leur patrimoine biologique.

L'écorce remarquable du bouleau, arbre pionnier, anime les sous bois. Les Rauzes : une tourbière qui fait l'objet d'une protection et d'une mise en valeur.

D’importants massifs boisés (privés) marquent le paysage de la périphérie du Lévézou : plantations de résineux des régions de Bouloc et du Puech du Pal, hêtraie domaniale du Lagast, massif détaché des Palanges (Chênes sessiles et enrésinements).

Quelques bois de faible surface mais de grande importance écologique et paysagère subsistent au coeur du plateau, telle la hêtraie de Tries. Les retombées sud vers le Tarn et la Muze portent de nombreux vergers de châtaigniers aujourd’hui en l’état de mauvais taillis.

boisement-coniferes-levezou haie-de-houx

Le houx, présent non seulement en sous-bois mais surtout largement anthropisé, notamment par l’usage en haies de protection climatique à proximité du bâti, peut être considéré comme le végétal emblématique du Lévézou.

hetraie-bois-de-tries