Une identité qui remonte à 250 millions d’années…

C’est en effet aux grès rouges de la fin de l’ère primaire que les Rougiers doivent leur nom. Les cours d’eau érodant les roches tendres qui les caractérisent ont créé un relief en creux, plus ou moins large en fonction de leur force et de l’ampleur du dépôt sédimentaire. L’abri des reliefs qui les dominent favorise l’installation d’un climat plus chaud.

Chaque Rougier s’identifie par le nom de son bourg centre, mais ces similitudes cachent une forte disparité historique : Marcillac, vieux terroir viticole, jardin de Rodez ; Camarès, au passé industriel et aux brebis omniprésentes.

perception-rougiers

Des « vallons » hauts en couleurs

Le Rougier de Marcillac est dominé par le linéaire très découpé des corniches du Causse Comtal à l’est ; tandis qu’il se prolonge par une succession de collines vers le bassin de Decazeville. Au nord une faille le met en contact abrupt avec les plateaux d’Almont et de Campuac. C’est un territoire jardiné, enclavé entre les Ségalas et le Causse Comtal.

Le Rougier de Camarès, enclavé entre les monts de Lacaune et du Lévezou, s’adosse à l’est aux Avant-Causses par l’intermédiaire des grès du trias.
A l’ouest, il s’accroche aux Ségalas par ses collines fragmentées.

carte-localisation-rougiers carte-paysages-rougiers

coupe-paysage-rougier