La marque d’un passé industriel

L’histoire du Rougier de Camarès porte la marque d’un passé industriel. La force motrice des cours d’eau et le bois des monts de Lacaune proches procuraient des ressources énergétiques abondantes. Les minerais (plomb argentifère, cuivre…) de ces monts ont constitué depuis l’Antiquité la matière première de forges disparues depuis la révolution industrielle. L’élevage, autre ressource importante de la région, a permis le développement de filatures de laine, industrie du cuir… qui subsisteront jusqu’aux années 1970. Cette population industrielle et les contacts avec les Cévennes et le Languedoc proches favorisèrent l’implantation du protestantisme. La révocation de l’Edit de Nantes freinera cette expansion.

A Camarès, les rives du Dourdou, encore occupées par les usines, témoignent de l’exploitation de la rivière.

l’intensification de l’agriculture

Le développement de la production de Roquefort au XIXme siècle entraîne une modernisation de l’élevage. Cette intensification passe par l’amélioration de la race de brebis locale qui deviendra la célèbre « Lacaune ». Les gros domaines isolés dans la plaine témoignent de l’importance de cet élevage dans l’économie locale, importance qui ne s’est pas démentie jusqu’à aujourd’hui. Ces domaines sont d’autant plus prégnants dans le paysage qu’ils se composent souvent d’un bâti austère aux harmonies colorées violentes : rouge sombre des pierres associé à l’orange des tuiles remplaçant les lauzes de grès.

Domaine Rougier Montlaur Terrasses Broquies

Associées à leur isolement et leur situation, ces caractéristiques contribuent à leur donner une importance considérable dans la composition du paysage. En complément de cet élevage omniprésent, la viticulture a longtemps occupé les versants les plus pentus et les plus ensoleillés. Elle ne demeure visible que dans la vallée du Tarn (Broquiès).

Carte de Cassini (vers 1800) : occupation de la vigne

L’eau maîtrisée

L’influence méditerranéenne se traduit par l’importance de la gestion de l’eau dans les pratiques agricoles traditionnelles : canaux d’irrigation, rigoles d’évacuation de l’eau dans les cultures…Les atouts et les dangers de cette eau capricieuse se ressentent également dans l’implantation des villages : d’abord surélevés à l’abri des crues, ils développent ensuite des faubourgs autour des ponts et s’entourent de cultures maraîchères et de petites industries (filatures…).

Canaux et irrigation Carte du relief du bourg de Camarès Vue depuis le haut de Camarès

Un isolement récent

Après une période d’échanges intenses avec le Languedoc, la création du canal du Midi et l’amélioration des routes de plaine ont plongé le Rougier dans un grand isolement. Seuls les accès à Camarès et Belmont et le passage de la RD999 sont aujourd’hui des voies importantes.

Hydrographie et paysages du Rougier de Camarès bourg-et-axes-routiers-camares