Un paysage issu des roches

carte-geologie-aveyron

legende-geologie-aveyron-intro

Du socle ancien aux dépôts sédimentaires et aux coulées volcaniques, la grande diversité des roches illustre une bonne partie de l’histoire géologique.

A l’ère primaire surgit la chaîne de montagne dont les restes arasés constituent le socle cristallin. Schistes, micaschistes et gneiss témoignent par leur feuilletage des profondes transformations qu’elles ont subies ; le granite, issu d’un lent refroidissement du magma, s’y insère ensuite.

Au carbonifère, des sédiments alternant avec des débris organiques se déposent dans de petits bassins houillers qui seront exploités à la révolution industrielle.

Au permien suivront d’importants dépôts qui doivent leur couleur au climat chaud qui régnait au moment de leur formation : les « rougiers »

Durant l’ère secondaire, au jurassique, la mer s’installe. Des masses de boues et de sédiments organiques vont s’accumuler sur plus de 1000 m d’épaisseur. Se succèdent les dépôts marno-calcaires des Avant-Causses surmontés de ceux des Grands Causses formés de calcaires massifs. Après le retrait de la mer, les premiers seront érodés en pentes adoucies dominées par le relief tabulaire des seconds.

L’ère tertiaire verra les failles fragmenter ces ensembles sous la poussée des Alpes et des Pyrénées. Les principales rivières se mettent en place. Peu nombreux sont les dépôts de cette époque, concentrés sur quelques bassins secondaires au pied de certaines failles. Et, surtout, des coulées de basalte s’épanchent le long de ces fractures, donnant naissance en particulier à l’Aubrac.

A l’ère quaternaire, le relief se façonne définitivement avec le rehaussement de certaines zones, l’enfoncement des cours d’eau, le creusement du relief karstique des causses (grottes, dolines…) , l’érosion glaciaire.