Le socle ancien du Massif Central

Le sous-sol des Ségalas est constitué essentiellement des gneiss et micaschistes du socle cristallin du massif hercynien. Ces roches métamorphiques au feuilletage caractéristique sont difficiles à bâtir, exceptées les plus fines, utilisées en lauzes de couverture. Les sols qui en sont issus étaient peu productifs pour l’agriculture avant les amendements agricoles du XXème siècle.

geologie-des-segalas

legende-geologie-aveyron

Plusieurs variations interviennent dans cette unité apparente et nuancent les potentialités agronomiques :

– Le massif granitique, composante du socle, s’allonge le long de la faille de Villefranche de Rouergue. Il offre un modelé plus doux et un bâti plus conséquent. Ses nombreuses minéralisations sont à l’origine de richesses minières exploitées depuis les Romains. Quelques dépôts sédimentaires sont présents.

– Les grès, conglomérats et schistes du bassin houiller qui s’intercalent avec le charbon, portent des terrains souvent instables et fournissent des matériaux de construction très hétérogènes. – Des placages d’argiles à graviers datant du Tertiaire, d’importance grandissante en allant vers l’Albigeois, émaillent les plateaux, notamment du naucellois. Ils portent des sols plus profonds et plus favorables aux cultures.

– Les calcaires du Lias, présents entre Montbazens et Rignac, créent un petit causse plus visible dans le bâti que dans le parcellaire agricole, essentiellement cultivé.

 

socle-ancien-du-massif-central