Profondément rural mais densément occupé, le Ségala se caractérise par un antagonisme dans l’utilisation des terroirs de plateau et de vallée. Les paysages actuels ont été créés par le basculement de la pression humaine des vallées vers les plateaux.

Une vie dense à l’abri des vallées

La conquête des vallées s’effectue à partir du Moyen-Âge par l’aménagement en terrasses des versants et l’équipement hydraulique des cours d’eau. Un réseau de rigoles permet d’irriguer ou de drainer les prairies. L’eau fournit également l’énergie aux moulins qui produisent la farine, scient le bois… .

 

Conques archives

A Conques, l’exploitation en terrasses des versants permettait la culture vivrière et l’installation de vergers et de vignes. Ce paysage agreste découvert et très structuré permettait de souligner le relief. Suite à l’abandon de ces cultures, les versants se boisent peu à peu, atténuant l’impact du relief et la silhouette du village.

Les éperons rocheux, excellents sites défensifs, voient s’ériger les châteaux (Belcastel, Najac, Peyrusse, Calmont, Castelmary, Brousse le Château…) qui contrôlent souvent un point de franchissement de la vallée, gué ou pont. L’abbaye de Bonnecombe s’installe dans les gorges du Viaur, mais contrôlera plusieurs domaines agricoles sur le plateau.

Calmont
Les pouvoirs centraux tenteront de s’opposer à la puissance des seigneurs en implantant des villes nouvelles sur les plateaux (Sauveterre, La Bastide l’Evêque).

Sauveterre de Rouergue

Les bastides, villes nouvelles du Moyen Âge, sont le fruit d’un urbanisme volontaire. La bastide de Sauveterre a été construite ex-nihilo pour fixer les populations et développer économiquement un territoire.

Sauveterre de rouergue-cadastre